Mazerolles_1.JPG

Accueil > À voir & visiter > Erdre insolite > Le village englouti de la plaine de Mazerolles

Le village englouti de la plaine de Mazerolles

En amont de Sucé-sur-Erdre, le flot de l’Erdre s’élargit considérablement sur plusieurs kilomètres, lui donnant l’aspect d’un lac. Cette section de la rivière est appelée « plaine de Mazerolles ». Le mythe affirme qu’elle cache sous sa surface un ancien village. 

Les plaines de Mazerolles un matin d’hiver

Mazerolles_2.JPG

Vue sur la plaine de Mazerolles en hiver

Dans son ouvrage datant de 1985, et intitulé "L’Erdre : histoire de la plus belle rivière de France", Marjan Monti rapporte une légende selon laquelle, en amont de Sucé-sur-Erdre, sous les eaux de la plaine de Mazerolles, serait englouti un village. 

L'histoire est la suivante : un jour, au début de l’ère chrétienne, une belle jeune fille originaire de Nort-sur-Erdre fut poursuivie par des barbares qui en voulaient à sa vertu. Sentant qu’elle allait être rattrapée, elle se mit à prier Dieu. Un déluge s’abattit et les eaux de la rivière montèrent d’un coup, engloutissant les poursuivants et toutes les habitations alentours. La jeune fille fut sauvée en trouvant refuge sur une proéminence, l’île Saint-Denis. 

Source :  L’Erdre : histoire de la plus belle rivière de France, Marjan Monti, 1985, Le Cercle d’Or 

 

Une variante de cette légende est rapportée par Eugène Orieux et Justin Vincent dans leur ouvrage "Histoire et Géographie de la Loire Inférieure", paru en 1895. 

Plaine de Mazerolles

La plaine de Mazerolles au lever du jour

Dans celle-ci, le village est remplacé par une forêt. On y retrouve une jeune fille poursuivie cette fois par le seigneur de Mazerolles. Décidé à l’enlever, il l'a pourchassa dans l’immense forêt qui bordait l’Erdre. La jeune fille pria la Vierge de lui venir en aide, et « les eaux soulevées par une main divine, engloutirent la forêt, laissant deux îles à la place : la jeune fille trouva un asile sur une des îles ; le chasseur imprudent alla mourir sur l’autre. »

Source : Histoire et Géographie de la Loire Inférieure, Eugène Orieux et Justin Vincent, 1895, E. Grimaud, Tome 1, p.478